Bien vieillir à son domicile, c’est le souhait de 97% des Français et pour beaucoup d’entre nous, cela passe ou cela passera par un accompagnement humain.

Alors que de plus en plus de personnes sont en perte d’autonomie, le nombre d’aides à domicile régresse ! Cette crise sans précédent est le fruit d’année d’absence de politique publique structurante depuis 20 ans.

Cette année, nous avons l’occasion unique de peser sur le futur projet de loi « grand âge et autonomie » qui sera présenté dans les prochaines semaines en conseil des ministres.

Partagez cette vidéo, écrivez au Premier ministre, interpellez votre député, invitez vos proches… Mobilisons-nous pour braquer les projecteurs médiatiques et politiques sur le métier de l’aide à domicile.

C’est collectivement que nous gagnerons ce combat… ou c’est isolé que nous vieillirons… Il y a URGENCE à agir, tous ensemble !

Partagez cette vidéo

RAPPELEZ AU PREMIER MINISTRE SES ENGAGEMENTS

Dès les premières annonces, le Gouvernement a fait du maintien à domicile la priorité de la future  la loi Grand âge et autonomie qui doit être présentée fin 2019. Lors de son discours de politique générale, le 12 juin, le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé cette orientation, répondant répondant à l’aspiration profonde de la majorité des Français.

Les professionnels attendaient des premiers signes de cette orientation à l’occasion du budget 2020, mais une nouvelle fois l’aide à domicile a été oubliée.

De la parole aux actes, rappelez le Premier ministre à ses engagements. Alors que le nombre de personnes âgées dépendantes va exploser dans les prochaines années, le risque de désert d’aide à domicile n’a jamais été aussi grand.

“C’est l’un de nos grands défis de société. Certains parlent d’une révolution de la longévité… Nous avons trop tardé pour nous y confronter, parce que les budgets en jeu sont gigantesques, mais aussi peut-être par une forme de déni. Nous le voyons tous avec nos parents ou nos grands-parents : malgré le dévouement des soignants, des familles et des aidants, nous sommes mal préparés. (…) Nous devons aussi entendre leur volonté de vieillir à domicile. (…) Entendre les personnels, dont le métier doit être revalorisé. (…) Cela fait 10 ans qu’on promet cette grande réforme de dignité et de fraternité. Nous la conduirons et ce sera un autre grand marqueur social de ce quinquennat. Peut être un des plus importants.”

Édouard Philippe, Discours de politique générale 12 juin 2019

Interpeller Édouard Philippe

Monsieur le Premier ministre @EPhilippePM, vous vous êtes engagé à faire de la loi #GrandAge et autonomie un “marqueur social” du quinquennat. Plus de 9 Français sur 10 veulent vieillir chez eux, même en situation de dépendance. Sauvez l’aide à domicile ! #URGENCEAIDEADOMICILE

Sur Facebook

Voici un exemple de commentaire à poster sur les publications d’Édouard Philippe :
Monsieur le Premier ministre, plus de 9 Français sur 10 veulent vieillir chez eux, même en situation de dépendance. Le secteur de l’aide à domicile est à bout de souffle et les besoins s’annoncent immenses avec le vieillissement de la population. Nous comptons sur vous pour que la loi Grand âge et autonomie soit le grand “marqueur social” que vous avez promis. Vous en avez le pouvoir !

Écrire au Premier ministre

Voici un modèle de courrier, n’hésitez pas à l’adapter :
Télécharger la lettre au Premier ministre.

Envoyer votre lettre à : Monsieur le Premier Ministre Hôtel de Matignon 57, rue de Varenne 75700 Paris

Vous pouvez aussi adresser ce message à Edouard Philippe par messagerie électronique. Copier coller le texte de la lettre dans le formulaire et vous recevrez une réponse par mail.

  • TROUVER VOTRE DÉPUTÉ

4 raisons de soutenir l’aide à domicile

Indispensables à la société

Si comme 95% des Français vous souhaitez pouvoir vivre et vieillir le plus longtemps possible à votre domicile, nous devons soutenir cette profession.

Un relais pour les aidants familiaux

Si vous faites partie des 11 millions de Français qui aident un proche âgé, vous savez l’importance d’avoir un professionnel sur lequel s’appuyer à tout moment.

Un métier peu reconnu

73% des associations rencontrent des difficultés à recruter ; il est urgent de montrer notre reconnaissance à cette profession.

Elles le méritent tout simplement

Horaires atypiques, manque de reconnaissance, pénibilité… mais aussi engagement, empathie, dévouement !

LETTRE OUVERTE DANS LE JOURNAL DU DIMANCHE LE 13 OCTOBRE 2019

Share This

Partager

Faire connaître cette campagne